Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Fil d'Argent (Rebecca G.)

Lettre d’un vieil homme

25 Octobre 2015 , Rédigé par Rebecca G. Publié dans #Etats d'âme

Lettre d’un vieil homme

 

 

Bonjour à tous !

Je ne peux m’empêcher de partager avec vous ce texte dont la lecture m’avait beaucoup émue. Je l’avais lu sur le blog de Miette (qui, elle-même, l’avait trouvé chez Nays…) et c’est avec son autorisation que je le reposte ici.

 

Mon but n’est pas de vous mettre le moral à zéro… Loin de là (merci de bien lire la Note placée en fin d’article !).

Non, mon intention est juste pour vous faire partager ma vision des choses. Parce que lorsque je vois une personne âgée, c’est exactement ce qu’il me vient aussitôt à l’esprit !

D’ailleurs, mon deuxième roman aborde (entre autres) ce sujet, tant il me tient à cœur...

 

Souvent, je recherche leur compagnie. Leur présence me fait du bien. Leur expérience, leur sagesse, leur vécu m’apaisent – peut-être pour la raison évoquée dans la Note.

Oui, vieillir est triste. Oui, cela fait peur.

Mais nous devons ouvrir notre cœur et être à l’écoute de ceux qui sont au bout du voyage, au lieu de les dénigrer, de les rejeter ou, pire, de les maltraiter.

 

Bonne lecture, et merci de me donner vos impressions, votre point de vue.

 

A bientôt,

Reb.

 

 

 

 

 

 

Lorsque ce vieil homme est décédé dans l'aile gériatrique d'une maison de retraite d'une petite ville australienne, tout le monde a cru qu'il ne laissait rien de valeur derrière lui.

Mais lorsque les infirmières ont fait la liste de ses maigres possessions, elles ont découvert ce poème.

Sa nature et sa qualité étaient telles que le personnel de la maison de retraite en a fait des photocopies, et qu'il a été distribué à tous les employés de l'hospice. Une infirmière a même emmené une copie du poème à Melbourne.

Depuis, l'unique titre de gloire du vieil homme a été publié dans de nombreux magazines australiens, ainsi que dans des magazines traitant de la santé mentale. Ce poème simple mais éloquent a même été transformé en diaporama.

Et ce vieil homme, qui n'avait rien de plus à offrir au monde, est désormais l'auteur de ce poème "anonyme" qui connait un grand succès sur le web.

 

Vieil homme grincheux.

 

Que voyez-vous, infirmières ? Que voyez-vous ?

À quoi pensez-vous lorsque vous me regardez ?

À un vieil homme grincheux, pas très sage,

Aux habitudes hésitantes et au regard perdu dans le lointain ?

Qui bave en mangeant et ne répond jamais aux questions.

Qui, lorsque vous criez : "J'aimerais que vous fassiez un effort !"

Semble ne pas réagir du tout à toutes ces choses que vous faites.

Un homme qui perd toujours une chaussette ou une chaussure ?

Qui, en résistant parfois, vous laisse faire ce que vous voulez,

Pour le nourrir et le baigner, et pour remplir ses longues journées ?

Est-ce que c'est à cela que vous pensez ? Est-ce que c'est ce que vous voyez ?

Alors ouvrez les yeux, infirmières. Car vous ne me voyez pas.

Je vais vous dire qui je suis…

Alors que je suis assis ici, alors que je vous obéis

Alors que je mange ce que vous me donnez.

Je suis un enfant de 10 ans… J'ai un père, une mère,

Des frères et des sœurs … qui tous s'aiment beaucoup.

Je suis un garçon de 16 ans… vif et motivé,

Qui n'a qu'un espoir : rencontrer au plus vite celle qu'il aimera.

Je suis un futur marié de 20 ans… au cœur palpitant.

Je peine à me souvenir des vieux que j'ai promis d'honorer.

Maintenant âgé de 25 ans… j'ai désormais des enfants.

Qui ont besoin de mes conseils, et d'un foyer heureux et sûr.

À 30 ans… mes enfants grandissent vite,

Unis comme les doigts d'une main, par des liens qui devraient être durables.

À 40 ans, mes jeunes fils sont devenus grands et sont partis,

Mais ma femme est toujours à mes côtés… pour voir que je ne leur en veux pas.

À 50 ans, à nouveau, des bébés jouent autour de moi,

À nouveau, il y a des enfants à la maison… Ma bien-aimée et moi.

Le pire n'est plus à venir, il est déjà là… Ma femme n'est plus.

Je me tourne vers le futur... Je tremble de peur.

Car tous mes enfants ont désormais leurs propres petits.

Et je pense au temps qui passe . . . et à tout l'amour que j'ai reçu.

Je suis désormais un vieillard et la nature est particulièrement cruelle.

La vieillesse est une mauvaise blague qui nous fait paraitre stupides.

Le corps s'écroule… La grâce et la vigueur disparaissent.

Il ne reste plus qu'une pierre . . . là où autrefois j'avais un cœur.

Mais au fond de cette vieille carcasse, il reste un jeune homme, tapi dans l'ombre,

Et de temps en temps, mon cœur épuisé s'emballe

Lorsque je me souviens de tous les moments joyeux.

Je me souviens aussi des moments douloureux.

Et j'aime et je vis . . . . . . . de nouveau ma vie.

Je repense à toutes ces années, bien trop peu nombreuses . . .. bien trop vite parties.

Et j'accepte ce triste état de fait . . . Rien ne dure éternellement.

 

Ouvrez donc les yeux ! Ouvrez les yeux, et regardez bien.

Je ne suis pas un vieil homme grincheux.

Regardez de plus près . . . . et admirez MOI !!

 

 

Souvenez-vous de ce poème lorsque vous croiserez une personne âgée que vous aurez envie d'ignorer, sans faire l'effort de chercher l'âme d'enfant qui vit en son sein. Car un jour, nous aurons tous cet âge avancé !

Les choses les plus belles et désirables de ce monde ne sont ni visibles ni tangibles. Elles doivent être ressenties avec le cœur !

 

 

 

Note : Cet homme, assurément, nous fait part ici de sa souffrance.

Mais, selon moi, la FOI peut éviter cet état d’esprit lorsque le corps décline…

J’ai connu des personnes âgées qui - bien qu’ayant traversé beaucoup d’épreuves au cours de leur vie -, lorsqu’elles se tournaient vers le passé, étaient emplies de reconnaissance envers le Créateur pour tous les moments heureux qu’elles avaient vécus. Elles étaient finalement satisfaites du chemin parcouru, de leur propre ascension spirituelle et, malgré la tristesse qu’engendre l’idée de quitter les êtres chers, envisageaient la mort comme un retour vers La Source de toute Vie, pleines de confiance en la Providence.

Je plains réellement ceux qui n’ont pas la Foi et qui, à la fin de leur vie, n’ont rien d’autre à quoi se rattacher, que des souvenirs doux-amers qui les consument à petit feu.

Dans ce cas, c’est sûr, la vieillesse doit être une torture.

Pour ceux-là, plus encore que pour les autres, sachons faire preuve de compassion…

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

bibiboule 08/11/2015 16:06

Je pense au contraire que la religion juive pourrait être intéressante dans un livre autobiographique qui parlerait aussi de votre passage de 2 années en Afrique. Justement le fait qu'elle ne soit pas prosélyte la rend mystérieuse pour énormément de monde. Si je vous pose la question : pourquoi êtes vous sur terre? Vous aurez probablement votre propre réponse. Moi je vous dirai : vous êtes sur terre pour apprendre ce qu'est l'Amour et en donner. Vous savez déjà le faire pour votre famille mais si vous avez le don de l'écriture pourquoi ne pas l'utiliser pour cela? Certes vous pouvez écrire un autre livre de science fiction, c'est intéressant, je ne dis pas le contraire. Mais à votre mort, quand votre âme vous demandera "qu'as tu fait de ta vie?" que répondrez-vous ? "j'ai aimé ma famille et j'ai écris un livre de science fiction". Et si votre livre parlait de votre vie, de votre départ en Israel, de comment vous vivez votre Foi, est-ce que la réponse serait différente? Car il suffit que votre livre permette à une seule personne qui n'aime pas les juifs de changer d'opinion pour que votre livre ait un impact sur le monde. Sodome et Gomorrhe : « Daigne mon Seigneur ne pas se mettre en colère, si je parle encore une fois : peut-être s’y en trouvera-t-il dix. » Il dit : « Je ne détruirai pas, à cause des dix. » 33Yahvé s’en alla, lorsqu’il eut achevé de parler à Abraham, et Abraham retourna chez lui. Alors oui un livre sur votre Foi, je crois que cela peut avoir un impact positif sur le monde. Il suffit simplement de le publier sous pseudonyme. Et puis les commentaires méchants peuvent se supprimer. En tout cas vous voyez bien que la publication de votre premier livre ne semble pas fonctionner comme vous le voulez, c'est peut-être un signe de Dieu : vous avez des dons d'écriture mais nous n'avez pas trouvé le sujet qu'il faut?

Rebecca G. 08/11/2015 19:06

Votre discours est juste, dans l'idée... Encore une fois, vous touchez la Vérité. Seulement, mon premier roman n'est pas un récit de science-fiction. C'est un roman fantastique, puisque c'est comme cela que l'on appelle les fictions qui abordent le Paranormal.
D'où la réponse à la question que vous vous posez: l'intérêt de ce livre. J'y parle de la Foi et de la façon dont D.ieu dirige le Monde. Mesure pour mesure. Avec une Justice Absolue et Parfaite. J'essaye de donner un sens aux épreuves de la vie et notamment par le biais de la réincarnation. Ce livre ne parle QUE de la Foi. Je vous invite à lire le résumé et les extraits mis en ligne dans la rubrique "Avis de lecteurs" - Onglet "Le Fil d'Argent".
Vous voyez, je ne m'éloigne absolument pas du sujet... ;)
Quant à donner de l'Amour, vous avez encore raison. SAUF... que POUR UN JUIF cela ne suffit pas. Il lui faut obéir aux commandements qui lui ont été donnés au Mont Sinaï. Là-dessus aussi, nous aurons des compte à rendre.
Quant au fait que la publication ne donne rien pour le moment, c'est justement parce que ce n'est pas ENCORE le moment! Je n'ai essayé que 3 éditeurs et parmi les plus célèbres. A mon avis, D.ieu veut uniquement me signifier que je dois m'y prendre autrement.
Ce livre, il m'a été INSPIRE. Donc, cela ne peut être vain.
L'avenir nous donnera la réponse.

Pour le fait de changer la vision des gens sur les Juifs, c'est ce que je m'évertue à faire sur ce blog, et cela, grâce à D.ieu semble bien marcher!
Tous ceux qui me suivent ne sont pas juifs et je n'ai toujours reçu que des commentaires très gentils, même lorsqu'il m'est arrivé de parler de la situation sécuritaire en Israël.
Cordialement. Reb

bibiboule 08/11/2015 00:19

Par exemple, j'ai étudié le sefer hekhalot et pour moi il y a beaucoup de choses qui sont mal comprises. Quand il est dit "Hénoch marcha avec Dieu, puis il disparut car Dieu l'avait pris". Cela signifie qu'Henoch était arrivé à la fin de ses réincarnations et qu'il est retourné se fondre en Dieu et qu'il ne se réincarna alors plus jamais.

Tous les noms divins qui sont cités par le sefer hekalot sont des noms qui permettent un accès aux mondes invisibles et qui ont été utilisés dans la kabbale médiévale.
Les sept Palais ce sont la terre plus les mondes intérieurs, c'est à dire les univers parallèles qui existent dans la Nature. Et ce n'est pas que du mysticisme puisque les scientifiques vont essayer de démontrer l'existence des univers parallèles : http://www.slate.fr/story/108867/accelerateur-particules-univers-paralleles
Ces mondes parallèles ou mondes intérieurs sont listés dans l'arbre des séphiroths, ce sont Yesod, Hod, Netzach, Tiphereth, Geburah et Chesed plus la Terre (Malkuth). Henoch est passé ensuite par Daath et est retourné dans les mondes infinis que sont Binah, Chokmah et Kether. Que la religion catholique, qui n'a pas tout compris au problème appelle la Sainte Trinité alors que ce ne sont que des densifications de l'énergie de Dieu.
Le problème avec la religion juive, c'est qu'elle a toutes les clés pour comprendre l'univers et la réalité de Dieu à travers la kabbale mais qu'elle met de côté la kabbale pour se concentrer sur des choses beaucoup moins importantes et c'est dommage mais compréhensible car les religieux au pouvoir ne peuvent pas que les gens comprennent qu'ils sont eux-mêmes des Dieu en devenir et que tout le monde sans exception, au travers de la réincarnation, deviendra aussi puissant que le fut Jésus puis que le fut Henoch avant de retourner en Dieu.

Rebecca G. 08/11/2015 10:49

Chèr(e) Bibiboule... La seule chose que je puisse vous dire, c'est que vous touchez le EMETH (La Vérité) du doigt... Mais que vous ne l'avez pas entièrement saisi. Oui, tout est dans la Kabbale, tout est dans la Torah. Toutes les réponses, tous les secrets de l'Univers. Je ne veux pas entrer dans la discussion concernant les autres religions. Pour vous, il n'y a que la Kabbale qui vous parle. C'est normal. Mais vous ne pouvez pas nier que le Peuple Juif a ses DEVOIRS spécifiques. Si vous avez étudié la kabbale, justement, vous devriez le savoir! L'étude des autres textes saints sont la base d'une vie terrestre en adéquation avec la Foi dont vous parlez. Sur cette Terre, nous ne sommes PAS que des âmes, et nous ne vivons PAS dans les sphères célestes dont vous parlez. Si D.ieu l'avait voulu, Il ne nous aurait pas faits descendre dans ce monde... Seuls de très grands Sages, très rares, et d'un niveau exceptionnels, peuvent se consacrer entièrement à ces sujets. Leur âme est déjà en connexion totale avec l'Au-Delà... Mais nous, qui sommes nous? Avec nos désirs matériels, nos envies, nos mauvais traits de caractère??? Si nous parvenons à nous améliorer dans la vie de tous les jours, ce sera déjà énorme!!!
Et je vous parle en connaissance de cause, moi qui ai aussi une certaine idée de ma vie antérieure...
D'ailleurs, mon roman Le Fil d'Argent devrait grandement vous intéresser...
Cordialement, Reb.
ps: Je ne crois pas que mes explications sur la religion juive intéresseraient qui que ce soit... Tout ce que je pourrais dire, vous le savez aussi bien que moi, pourrait être transformé, déformé et qualifié d'"extrémisme". Je préfère donc me taire. Celui qui veut approfondir ces sujets trouvera toujours moyen de le faire...pour lui-même et son enrichissement spirituel. La religion juive n'est pas une religion de prosélytisme. Mais elle est ouverte à tous ceux qui veulent l'approfondir et la comprendre SINCEREMENT.

bibiboule 07/11/2015 23:54

Vous parlez de votre Foi, cela pourrait aussi faire partie de votre livre autobiographique. Comment la religion juive voit le monde, voit les autres religions, ce que la religion vous apporte...
Tout cela intéresserait les lecteurs français puisque c'est inconnu pour eux.
Pour moi toutes les religions se valent et parlent du même Dieu. Aucun ne sera laissé pour compte s'il ne pratique pas la bonne religion. Car pour moi qui ait le souvenir de ma précédente réincarnation, je sais que les religions ont été modifiées par les hommes pour faire disparaître la notion de réincarnation afin de contrôler les hommes, la réincarnation explique par elle seule, tous les malheurs du monde. Toutes les expériences heureuses ou malheureusement sont là, voulues par Dieu, pour faire évoluer les hommes vers l'amour du prochain. Vous êtes juive dans cette vie-ci mais la vie prochaine vous serez peut être mahométane.

Miss Paumée 02/11/2015 19:41

Quel joli texte.
Tristesse, regrets, amertume, douleur.
Je n'ai pas la foi au sens où tu l'entends. Ma foi est dans l'être humain (mon optimisme??) et en l'avenir toujours à travailler. J'avance pour me construire de beaux souvenirs. Pour moi, les bulles de bonheur que l'on s'octroie sont des pépites que je dépose dans un petit écrin au fond de mon coeur. J'y reviendrai sûrement quand je serai toute ridée en espérant qu'il soit plein à ras bords, juste pour voir scintiller les joyaux que j'aurai trouvé sur mon chemin. Peu importe la destination, ce qui compte c'est le voyage. Et si au détour d'une route, je croise une gentille mamie aux joues fripées, je souris quand elle a gardé au fond de ses yeux une petite étincelle de malice. Ta route à toi ne pourra être que belle mon amie car ton coeur est bon est généreux et tu es l'une de mes pépites pour mes vieux jours. Bisous

Rebecca G. 03/11/2015 21:15

Oh la la... Là, tu ne peux pas me voir, mais je suis toute rouge...! :) Quel beau com!!! Merci mille fois, ma Miss adorée!! :D GROS ENORME GIGANTESQUE BISOU!!!

écureuil bleu 31/10/2015 22:28

Bonsoir Rebecca. Ce poème est très émouvant. La vie passe bien vite, et les personnes âgées ont toute leur expérience à partager. Bisous

Rebecca G. 01/11/2015 08:59

Je suis d'accord! De l'expérience, de la Sagesse, à entendre et à prendre... Bisous.

Synapse 31/10/2015 19:46

Ce poème est magnifique...Ayant travaillé en maison de retraite je peux confirmer que certaines personnes ont eu des vies passionnantes et pleines d'amour. Je me souviens d'une vieille dame veuve qui mettait toujours sa bague de fiancailles pour aller passer un examens de santé, elle me disait que la présence de son mari allait lui porter chance ... c'est très joli ...

Rebecca G. 31/10/2015 20:57

Ah oui, moi aussi je trouve cela très joli!!! :D Et, si tu le permets, je prendrais cette anecdote pour mon prochain roman, dont une partie de l'action aura justement lieu dans une maison de retraite!!! D'ailleurs, si tu as d'autres anecdotes émouvantes (attendrissantes comme celle-ci ou bien difficile à entendre), je t'invite à me les raconter par mail, si tu veux, parce que je cherche des cas réels, des témoignages, pour ma fiction - je cite toujours les sources. Mon adresse (que toute personne bien intentionnée peut utiliser): reb.g@outlook.fr Gros bisous. A bientôt! :D

kprice 28/10/2015 21:32

Ce texte est effectivement très émouvant. Il nous fait réfléchir sur ce sujet qui nous semble si lointain lorsque nous n'y sommes pas confrontés. J'ai par deux fois côtoyé un service de soins palliatifs, et je peux te dire que l'accompagnement des personnes en fin de vie, y est exemplaire. Le personnel d'un tel service est formé pour faire en sorte que le dernier chemin se passe dans la plus grande douceur, que les personnes âgées soient croyantes ou pas. La présence et l'écoute dont font preuve ces personnes aident vraiment beaucoup, tant la personne concernée que la famille. Bien sûr ceux qui veulent vivre leur foi peuvent le faire sans souci. Tout est pris en compte. Si les personnes veulent parler, il y a toujours quelqu'un de disponible, et pour ceux qui le souhaitent, un homme (ou une femme) de religion vient parler de ce qu'ils veulent. J'ai vu dans ce service une telle quiétude, une telle sérénité, que je me suis dit, si j'ai le choix, c'est dans un service comme ça que je veux mourir. J'ai accompagné chacun de mes deux parents dans les derniers mois de leur vie, venant m'installer chez eux pendant plusieurs mois pour que jamais ils ne restent seuls. Je peux te dire que ça les a beaucoup aidés, je crois qu'en fait ils avaient moins peur. Ils étaient croyants, mais je ne suis pas sûre que ça ait changé quelque chose. Je veux dire par là que nous devons commencer nous-mêmes par montrer de la disponibilité envers nos aînés, ce n'est qu'un juste retour des choses. Tout cela n'est que du bon sens, le tout est de se donner le moyen de donner du temps, et faire en sorte que ces personnes âgées n'aient pas le temps de trouver ce dernier interminable et douloureux. Je ne sais pas si je suis très claire dans ce que je dis, mais c'est toujours avec beaucoup d'émotion que je revis ces moments-là.
Bisous Reb. ... je te souhaite une belle soirée, et te remercie de m'avoir fait découvrir ce texte si fort.

Rebecca G. 29/10/2015 15:50

Oui, chère Kprice, tu es parfaitement claire et je partage tout à fait ton avis. Merci de nous parler de ces services dévoués aux personnes en fin de vie: le travail que ce personnel fait est remarquable. Mais il me semble que dans son texte, le vieil homme parle du personnel d'une maison de retraite, et là, c'est beaucoup moins glorieux, apparemment!... Et tu as raison, s'il n'est pas possible de rester chez soi jusqu'à la toute fin, alors mieux vaut encore être au service palliatif. Bisous.

pol 28/10/2015 18:18

victor hugo avait raison la vieillesse est un naufrage, surtout dans le regard des autres

Rebecca G. 28/10/2015 19:56

Effectivement... C'est dur. Merci de votre visite. A bientôt!

Bernieshoot 28/10/2015 17:55

énormément d'émotions en lisanr ce texte surtout en ayant traversé ces âges

Rebecca G. 28/10/2015 18:12

Incontestablement, ce texte est très émouvant... Merci de votre passage, Bernie.

careli tutolibre 27/10/2015 23:04

un texte que j'avais lu et dans lequel je ne trouve pas de tristesse ni même de résignation, juste un résumé de la vie et même une grande forme de résistance
n'oublions jamais le "jeune" qui est en nous ... même quand nos genoux flancheront
suis incurablement optimiste, n'est-ce pas ...

Rebecca G. 28/10/2015 11:40

Oui, Careli... tu es très optimiste (et tu as raison, c'est ça qui préserve la jeunesse!! :) ) Mais cela doit être tout de même très dur à vivre... Merci de ta visite! Bisous.

Nell 26/10/2015 15:19

Bonjour Rebecca, un texte qui prend aux tripes. Tu sais , il y a quelques années, j'avais étais dire des poèmes, mes poèmes, dans une maison de retraite..; si tu avais vu leurs yeux... J'avais été tellement émue et je résistais de toute mes forces en lisant. A la fin, beaucoup sont venus vers moi en me serrant très fort, les uns après les autres" merci" m'ont-ils dit. J'entends encore leurs voix, tu sais, depuis toutes ces années et je comprends ce que cet homme a voulu dire." Eux" me l'ont dit aussi. Bisous Rebecca.

Rebecca G. 26/10/2015 18:55

Comme c'est beau, ce que tu écris... Bien sûr, il y a tant de souffrance morale chez eux, tant de regrets, aussi... J'imagine. Je me mets à leur place. Je ressens un peu de ce qu'ils ressentent... Merci de nous livrer ton expérience. Bisous.

Morgane 26/10/2015 11:42

Dis donc ce texte est vraiment plein de sens ! je l'aime vraiment bien ^^
Bisous

Rebecca G. 26/10/2015 13:46

^^ Merci Morgane. Contente qu'il t'ait plu...! :D Bisous.

Rafaël 26/10/2015 10:35

Shalom alekhem,
Voilà un texte effectivement touchant. Un mot me vient à l'esprit : respect.
Cette valeur est de moins en moins appliquée. Cela m'attriste.
Quant aux infirmières, elles ne sont pas toutes à blâmer. Bien souvent on ne leur donne pas les moyens de s'occuper correctement de leurs patients. Rentabilité oblige...
Je terminerai par une petite pensée à méditer.
« Traitez les gens comme s'ils étaient ce qu'ils doivent être et vous les aiderez à devenir ce qu'ils sont capables d’être. » (GOETHE)
Gros bisous

Rebecca G. 26/10/2015 10:57

Très belle citation. Et oui, les infirmières n'ont parfois pas les moyens, mais cela ne justifie pas le manque de respect, n'est-ce pas??? C'est toute une manière de voir la vie, en fait. Mais il est toujours bon d'essayer parfois de se mettre à la place d'autrui, pour comprendre un peu ce qu'il vit.
Excellente journée, Rafaël. :)

Thérèse 26/10/2015 09:28

Merci Rebecca pour ce beau partage rempli d'amour ....
Texte touchant et faisant du bénévolat en maison de retraite je peux t'affirmer qu'il y a beaucoup de personnes agées qui finissent seule ...
La vie est un passage sur la terre avec des hauts et des bas , alors essayons de laisser beaucoup d'amour ....pas toujours évident !
Bisous Rebecca et douce journée ...
Thérèse

Rebecca G. 26/10/2015 09:40

Oui, Thérèse, je partage pleinement ton point de vue. Pas évident de voir en face la souffrance d'autrui non plus... Il y a une dizaine d'années, j'ai travaillé avec des enfants handicapés (trisomie, autisme,...) et, bien que cela m'ait passionnée, j'ai eu beaucoup de mal à gérer la souffrance de ces enfants et de leur famille. Après quelques mois, j'ai dû arrêter, tellement ça me "pompait" mon énergie... Je comprends donc que parfois certains s'entourent d'une carapace pour se protéger. Pourtant, il faut savoir rester humain et faire preuve d'empathie pour exercer ces métiers-là... Pas facile, comme tu dis. Gros bisous.

Carole94p 25/10/2015 19:17

Beau texte !

Rebecca G. 25/10/2015 23:14

Tout à fait d'accord! Très beau et très fort!! Bisous.

flipperine 25/10/2015 18:27

la foi aide beaucoup et nos anciens il faut les respecter ils nous apprennent beaucoup

Rebecca G. 25/10/2015 23:13

Oui, Flipperine. C'est le message que j'ai voulu faire passer... :) Bisous.

jill bill 25/10/2015 17:13

Bonsoir Rebecca... Naître, vivre et mourir, trois verbes de notre vie avec les mots famille, amour, amitié, ses rires et ses larmes... Dans ma famille j'ai eu grand-père et oncle en maison de repos puis un jour mon père... j'allais le voir seule chaque mercredi et en fin de semaine avec mon époux pour faire ses petites courses, j'entends par là plus le pharmacien que l'épicier et ces mercredis-là me manquent cruellement, on se racontait en tête à tête et il m'attendait par la fenêtre de sa chambre... certes en vieillissant on reproche bien des défauts à la personne âgée, parfois je lui faisais quelques remarques aussi... mais je l'aimais bien mon papa... juste merci, bises, JB

Rebecca G. 25/10/2015 23:12

Merci à toi pour ces tendres souvenirs que tu nous livres. Tu as du mérite d'avoir pu seconder ton papa dans ses dernières années : tu lui as certainement amené beaucoup de douceur.
Bisous, Jill.

realkiller 25/10/2015 16:51

Bonjour Rebecca, la vie est un purgatoire et j'ai eu dans mon entourage des gens et surtout une voisine qui en avait tellement marre de la vie qui priait chaque jour pour mourir. La vieillesse est un terme mal approprié pour mettre un mot sur les maux, en vérité c'est pas de vieillir le plus dur à accepter c'est la solitude tel un objet qu'on range dans un placard qui à pour nom l'Hospice pour les uns et maison de Retraite pour les autres.
Malgré le caractère de chacun de nous, aussi différent qu'il soit, même si la solitude est un échappatoire aucun être ne peut rester seul, la communication et les liens sont des facteurs avec la croyance de surmonter les obstacles, comme un chien l'humain peut se laisser dépérir s'il n'a plus de but à atteindre ou d'avoir le sentiment d'être abandonner.
Vivre c'est pas de question de pouvoir respirer, c'est de se sentir utile, entouré et de pouvoir partager.
Je te souhaite Une Excellente Journée

Rebecca G. 25/10/2015 22:18

Je suis parfaitement d'accord, tu as mis le doigt sur le vrai problème: la Solitude. Et c'est exactement ce dont cet homme souffre... Il avait perdu sa femme, ses enfants n'étaient pas disponibles et il s'est retrouvé seul en maison de retraite. Mais il est clair que si le personnel soignant lui avait accordé un peu plus de respect, de considération, d'écoute, il se serait senti moins seul... Et là, je reviens à la Foi, car lorsque l'on croit en Dieu, on ne se sent jamais vraiment seul. On ne se sent jamais "abandonné". et voilà pourquoi je disais que cela permet de garder le moral. Mais quand il n'y a pas la Foi, à quoi peut-on se rattacher??? Lorsqu'il ne reste que les souvenirs comme pour ce pauvre homme, comment ne pas se laisser dépérir??? Si l'on croit que l'on nait, que l'on vit et que l'on meurt, sans que tout cela ait un sens, comment ne pas sombrer???
Ce texte m'a beaucoup touchée.
A mon tour, je te souhaite Une Excellent Nuit! :)

Zoé 25/10/2015 16:42

Magnifique poète! Toutefois, la note me percute un peu... Je pense que quand le corps souffre, quand on ne peut plus se bouger, quand on pleure de douleur, je crois que la croyance ne peut rien y faire. Personnellement, je ne me considère pas comme croyante, et je pense que je ne souffre pas plus qu'une personne qui croit. Il existe d'autres échappatoires que la foi... (je tiens à dire que je n'ai rien du tout contre les personnes croyantes, je les respecte autant que les autres, il n'y a aucun soucis avec ça) simplement, je pense que la foi ne peut pas arranger tous les problèmes... Il y a des choses qui prennent le dessous sur la croyance. Gros bisous Rebecca ♥

Rebecca G. 25/10/2015 22:04

Oui, comme me l'a fait remarquer Caroline, je ne pensais pas à la maladie et à la douleur physique, en écrivant cette note. Je pensais juste à la conception que l'on peut avoir de la Vie... Cet homme ne parle à aucun moment de douleur physique: sa douleur, a lui, est morale. Parce qu'il ne cesse de considérer le passé et tout ce qui n'est plus. Quel sens, désormais, donner à son existence? Et c'est là, je pense, que la Foi peut aider. Lorsque la souffrance est d'ordre psychologique.
La douleur physique, c'est là une autre histoire... Une épreuve terrible qu'on ne souhaite à personne.
Merci Zoé de ton commentaire. J'espère que j'ai été plus claire... Bisous

Caroline 25/10/2015 16:26

J'ai déjà lu ce poème plusieurs fois sur les réseaux sociaux !

Concernant ta note de fin je ne suis pas du tout d'accord.. Je respecte tous les croyants. Qu'il fasse partie de n'importe quelle religion ou même d'aucune car oui, il y a des gens qui croient mais ne font pas partie d'une religion.
Cependant, ma grand-mère, très pieuse, n'a pas été plus heureuse à sa fin pour autant. Dieu ne lui a pas apporté moins de douleur dans son cancer généralisé, dans les trous qui se formaient dans son dos à en voir sa colonne vertébrale. Elle n'a pas eu moins peur de mourir car même si elle croyait à une sorte de paradis, c'était une vie qu'elle laissait ici. Un fils, des petits enfants. Avant de ne plus du tout savoir écrire, elle écrivait de nombreuses prières ou juste de simples messages à ' Dieu' mais ce n'est pas pour ça que je n'ai pas vu de la douleur, de la peur, de la tristesse dans ses yeux lors de ses dernières minutes. Elle vivait seule depuis une trentaine d'années, voyant ses petits enfants deux, trois fois par semaine tout au plus. Ce n'est pas sa croyance qui lui a apporté une présence. Et je ne pense pas être plus malheureuse en pensant à mes dernières années et/ ou à ma mort plutôt qu'un croyant.

Je respecte les croyants mais je ne supporte pas qu'on me plaigne de ne pas l'être. Je suis très heureuse d'être ce que je suis sans aucune croyance.

Rebecca G. 25/10/2015 23:04

On entre ici dans un autre débat... Je ne pourrais pas répondre à tes questions en quelques lignes... Mais sache que, justement, vivre avec la Foi en Dieu, c'est vivre avec plus de réponses que de questions. A ton âge, j'avais exactement les mêmes questions. Comment concilier la Foi avec toutes les horreurs que nous voyons...? Mais en fin de compte, après maintes recherches et beaucoup de persévérance, j'ai trouvé des réponses. Parce que oui, Caroline, il y a des réponses, et elles sont accessibles à ceux qui les cherchent sincèrement. Même si cela prend parfois toute une vie... Je t'embrasse bien fort.

Caroline 25/10/2015 22:47

Je crois que toute personne croit en quelque chose. Que ça soit en Dieu, en la science, en soi, en l'Amour ou même en l'Homme tout simplement; tout le monde croit. Avec le temps et les épreuves, les croyances changent surement aussi. Personnellement, je pourrais très bien croire en Dieu. ( Bien que pour croire j'ai souvent besoin de voir) Mais dans mes dernières années quand j'aurais perdu mes parents, encore d'autres membres de ma famille; peut-être mon mari et peut-être même un enfant.. Comment pourrais-je croire que quelqu'un là-haut est responsable de tout ça? Et comment cela pourrait-il m'aider à aller mieux? La foi est sûrement rassurante, surtout si on croit à quelque chose après la mort et pas au néant... Mais comment ne pas être remplie de haine si on croit que quelqu'un dirige ce monde et toutes ces horreurs?

Rebecca G. 25/10/2015 21:46

Non, Caroline, tu ne m'as pas comprise. Je me suis certainement mal exprimée. Je n'ai pas dit que je plaignais les gens non-croyants arrivés en fin de vie, dans le sens de "dénigrer".... JAMAIS DE LA VIE!!! J'ai dit que je les plaignais dans le sens d'"avoir de la peine pour eux", d'avoir mal pour eux, avec eux, car la vieillesse (et je ne parlais pas de la maladie qui est épreuve horrible à tout âge) doit alors être quelque chose de terrible à vivre. Moi, la vieillesse me fait peur, mais je me raccroche à ma Foi... Peut-être que la Foi ne résout pas tout, mais alors, à plus forte raison, je me dis: Comment font les gens qui ne croient en rien? A quoi se raccrochent-ils...???? Quand toutes les meilleures années sont passées, quand il n'y a plus d'avenir...???? Cela doit être vraiment un cauchemar, non? Comme cet homme qui se replonge sans cesse dans ses souvenirs, qui regrette à chaque instant le passé... Comment ne pas tomber en dépression? Comment ne pas se laisser dépérir??? Comment ne pas devenir amer et désagréable??? Mais encore une fois, je ne parle pas du cancer comme dans le cas de ta grand-mère ou de toute autre situation où la souffrance physique devient insupportable.
Je suis désolée pour ta grand-mère, désolée pour tous ceux qui souffrent de façon si terrible. Et crois-moi lorsque je te dis que cela me rend malade de voir des personnes souffrir.
Je dis juste que je comprends le désarroi que peuvent traverser certaines personnes âgées et que je ne comprendrai jamais ceux qui se permettent de les traiter cruellement, sans aucun égard.

J'espère que j'ai remis les choses au clair, que je me suis mieux exprimée...
Je suis désolée si j'ai pu te faire de la peine avec ce que j'ai écrit.
Je t'embrasse bien fort