Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Fil d'Argent (Rebecca G.)

L’Unité de Ninni Holmqvist

3 Décembre 2015 , Rédigé par Rebecca G. Publié dans #Lectures

Vous avez cinquante ans (soixante pour les hommes), vous n’avez ni conjoint ni enfants… Bienvenue à l’Unité ! Vous y serez accueilli et pris en charge jusqu’à votre dernier souffle.

Installations sportives luxueuses, jardins en perpétuelle floraison, nourriture fine à volonté, votre corps est choyé… mais ne vous appartient plus. (résumé sur FNAC.com)

 

L’Unité de Ninni Holmqvist

 

Nini Holmqvist (ne me demandez pas comment ça se prononce…) est née en 1958 et vit en Suède. Elle est l’auteure de deux recueils de nouvelles et de deux romans. Elle est également traductrice. L’unité, son premier roman, est paru en 2006 en suédois, et en 2011 dans sa version française (traduction de Carine Bruy) aux éditions Télémaque.

 

 

Voilà, j’ai fini la lecture de L’Unité. Et je l’ai trouvé pas mal du tout… C’est même plutôt bien, en fait ! Pas le grand coup de cœur, le flash d’émerveillement, l’enthousiasme débordant, ni l’admiration enflammée, mais tout de même, c’était pas mal du tout.

J’ai passé un bon moment de lecture, j’ai été prise dans l’intrigue sans problème. Après un petit démarrage un peu lent (mais là, je ne suis vraiment mal placée pour parler…), les choses deviennent vite sérieuses et, il est vrai, un peu angoissantes. Pourquoi angoissantes ? Parce qu’on se dit qu’elles pourraient tout à fait faire partie de notre réalité, d’ici quelques décennies…

 

J’ai trouvé l’idée de base absolument géniale.

Ninni Holmqvist a imaginé une société où les êtres humains sont divisés en deux catégories : les « nécessaires » (ceux qui perpétuent l’espèce humaine en engendrant une descendance) et les « superflus » (sans conjoint attitré, ni enfant, seuls au monde).

Dorrit, célibataire, a fêté ses cinquante sans avoir eu d’enfant et, à ce titre, vient d’être déclarée « superflue ». Comme tous ses congénères, elle est aussitôt admise à l’Unité, un immense complexe ultra surveillé, qui sera désormais – et pour tous les jours qui lui restent à vivre – son seul univers, sans aucun moyen de communiquer avec l’extérieur et aucune possibilité de fuite. Pourtant, les résidents de L’Unité sont choyés. Ils vivent dans une prison dorée, ultra-luxueuse, et mènent une vie d’oisiveté, et de divertissements.

Mais les « superflus » doivent avant tout se rendre utiles à la communauté des « nécessaires »… Comment ? En faisant don de leur corps. Ils servent de cobayes pour toutes sortes d’expériences censées faire avancer la médecine et la science, mais doivent aussi et surtout mettre à disposition leurs organes pour tous ceux qui ont besoin de greffes.

L’Unité n’est donc qu’une gigantesque réserve d’organes et de tissus cellulaires, où la « marchandise » est particulièrement bien « entretenue » et soignée. Les résidents de l’Unité n’y restent généralement pas plus d’un an ou deux, jusqu’à leur Don Final : un cœur, des poumons, un foie ou un pancréas, selon la demande.

 

 

Bien sûr, c’est de la Science-Fiction. Bien sûr, c’est exagéré. Mais au fond, on a le sentiment que… pas tant que ça. Nous vivons déjà dans une société où la rentabilité fait office de référence, une société où les biens de consommation, les divertissements, les plaisirs futiles, et la recherche du bien-être physique peuvent donner l’illusion d’un bonheur, occulter la réflexion et tronquer les valeurs morales. Nous vivons déjà dans une société où certaines éthiques sont, au nom de la science et de l’avancée médicale, relayées à des notions surannées. Une société où les débats sur les dons d’organes sont bien actuels.

J’ai aimé partager les sentiments et les réflexions de cette femme parfaitement consciente du sort qui l’attend. J’ai suivi son histoire pensant savoir où elle allait mener… Je voulais juste savoir « comment »…

Mais j’avoue avoir été totalement surprise par la fin. Et, ma foi, j’aime les fins auxquelles on ne s’attend pas. Donc, oui, c’est une bonne fin, bien trouvée. Et j’ai fini ma lecture avec un sourire, en me disant « Bien joué, Ninni ! ».

Ok, ce n’est pas du Steinbeck, mais c’est son premier roman, et pour moi cela compte beaucoup (sans blague ?).

 

 

 Et comme je n’achève JAMAIS un roman sans en commencer un nouveau sur-le-champ, je me suis mise à fureter dans ma bibliothèque virtuelle aussitôt après avoir refermé le fichier.

Moment exquis et palpitant où tant de possibilités s’offrent à moi…

Lequel choisir ?

J’ai ma petite liste d’attente perso, sur le côté gauche de ma page d’accueil. Depuis que j’ai commencé la lecture de L’Unité, deux autres titres sont venus s’ajouter.

Mais je ne vais pas me laisser disperser… Après un bref moment d’hésitation, je clique sur celui que j’avais prévu de découvrir depuis des lustres, et à propos duquel je vous ai promis une chronique.

Ce sera donc «Réparer les Vivants » de Maylis De Kerangal. Je clique sur l’icône.

Ahhhhh…. Je soupire d’aise, au moment où le fichier démarre. Je me renfonce dans mon siège, ajuste l’inclinaison de mon ordi, mon café au lait bien chaud est à portée de main… Je suis prête, c’est parti !

La page virtuelle (que je peux faire tourner, façon 3D, du bout de mon index sur le coin droit de l’écran) s’étale devant mes yeux scrutateurs.

Premiers mots… Première phrase qui n’en finit pas mais qui pénètre en moi comme une douce harmonie. Je me laisse emporter.

Curieuse. Intriguée. Charmée.

Les paragraphes défilent, les pages se tournent… Mon plaisir se transforme vite en émerveillement béat…

Mais chuuuuuut….

Je ne vous en dirai pas plus pour le moment. Il faudra attendre la prochaine chronique…

Allez, je vous laisse ; je dois retourner à ma lecture…

Reb.

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

pol 06/12/2015 00:29

et les liseuses permettent un stockage important sans être obligé de transporter 2 tonnes à chaque déplacement

Rebecca G. 06/12/2015 00:31

C'est rigolo, on vient de se croiser!! J'étais juste en train de commenter sur ton blog, tandis que tu écrivais ce com sur le mien!!!!... Oui, même si je préfère les livres papierje dois avouer qu'une biblio virtuelle, c'est bien pratique!!! :D

écureuil bleu 05/12/2015 14:52

Cela al'air assez angoissant, mais pourquoi pas, en tous les cas pas sur liseuse. Je préfère les vrais livres en papier. Bisous

Rebecca G. 05/12/2015 19:18

Oui, moi aussi, je préfère les vrais livres, c'est évident. Mais c'est une question financière... Les livres papier coûtent cher, et vue la consommation que j'en fais... Heureusement qu'il y a les livres voyageurs... ;D Gros bisous. <3

vivi 04/12/2015 22:40

Un peu angoissant, en effet. Mais j'aime les livres futuristes :o)

Rebecca G. 05/12/2015 19:12

Alors tu aimeras celui-là. Il est écrit avec beaucoup de justesse. Il y a beaucoup de psychologie dedans. Beaucoup de messages. Ce n'est pas juste un récit de science-fiction imaginaire. Je pense que tu aimeras. Bisous.

Melle Bulle 04/12/2015 21:50

C'est le genre de roman qui m'angoisse, qui me met mal à l'aise ... mais pourquoi pas !
En tout cas, on dirait que tu as trouvé une vraie perle comme nouvelle lecture, vu comme tu sembles t'être laissée aller à la lecture !!! Vite, vite, viens nous raconter !

Rebecca G. 05/12/2015 19:10

J'avance, j'avance... Oui, j'ai trouvé une perle, mais je ne suis pas sure du tout qu'elle soit à ton goût... C'est encore à propos du DON D'ORGANES... Et pour mettre mal à l'aise, il met mal à l'aise! De plus, là, on est dans la réalité, et on est confrontés à des sentiments très profonds, très complexes, sur la question.Et, c'est remarquablement bien écrit!!! Bisous.

cathycat 04/12/2015 19:16

Tu racontes bien et tu donnes envie de dévorer le livre. Je le note au cas où je le croiserais. Cette histoire se rapproche d'autres et ce principe d'isolement, même dans un décor paradisiaque, ne peut laisser indifférent car nous tenons tous à notre liberté. Et lorsque tu parles du prix à payer... Ben voyons, c'était trop beau pour être honnête !... :-)
Bonne lecture pour le suivant !... Bisous

Rebecca G. 05/12/2015 19:06

Ce qui est intéressant ici, c'est que cet état de fait est admis par tous. Même les "résidents" de l'Unité subissent sans sourciller ce qu'on leur inflige: on a réussi à leur faire admettre que c'est une façon pour eux de se rendre utiles, de se rendre "nécessaires" à leur tour... On comprend bien que c'est un principe longue date et que les gens sont élevés avec cette idée depuis tout petit. Personne ne pense à se révolter contre cela... C'est ce qui en fait un livre prenant, car nous autres lecteurs avons bien sûr une vue différente sur la question... Cela ne fait pas partie de notre éthique. Ceci dit, un humain reste un humain, et l'instinct de survie reste présent en lui... Pour un premier roman, c'est très intéressant. Bisous et merci, j'avance dans ma lecture avec grand plaisir et surtout beaucoup d'admiration...

chez laramicelle 04/12/2015 19:07

"un meilleur des mondes" nouvelle version?
As tu vu qu'un écrivain a écrit une suite à 1984? 2084;
je te dirai que je ne suis pas tentée; le livre de Orwell est si riche que j'ai peur d'être déçue
bisous

Rebecca G. 05/12/2015 18:52

Ah oui??? Non, je ne savais pas que quelqu'un avait fait une suite... C'est assez ambitieux après un tel chef-d'oeuvre!! Je suis comme toi: pas trop tentée, sur ce coup-là! Ca me parait très délicat... Mais bon, pourquoi pas... Je suis de nature curieuse, et maintenant que tu me l'as dit, il n'est pas impossible que je cherche de plus amples renseignements sur ce bouquin... ;) Bisous.

Rafaël 04/12/2015 15:53

Shalom. Voilà une façon originale de réguler la population. Pour ma part, je serai classé dans la catégorie des "périmés" et donc exempté de faire un don d'organe ou de sang. De toute manière, personne n'en voudrait... Bisous bisous.

Rebecca G. 05/12/2015 18:27

Shalom, Refael. Détrompe-toi! A l'Unité, rien n'est périmé... Ils auraient pu essayer sur toi un nouveau remède révolutionnaire contre la sclérose en plaques... et qui aurait marché, (mais cela ne t'aurait pas beaucoup aidé, en l'occurrence parce que tu aurais pu alors faire partie des donneurs...). Tu vois, PERSONNE ne peut dire qu'il est périmé! Et de toute façon, avec tes enfants et petits-enfants, tu es classé d'office dans les "NECESSAIRES"...!! :D A très bientôt! ;)

Quichottine 04/12/2015 14:52

Je ris... si je continue à te lire, je vais augmenter de façon déraisonnable ma liste de livres à lire. :))
Bises et douce journée Rebecca.

Rebecca G. 05/12/2015 18:49

Tu n'arriveras jamais à me rattraper... J'en ai plus de 100 en liste...!! ;D Mais il est vrai qu'une biblio virtuelle prend quand même moins de place qu'une vraie...! Bisous.

Marjolaine 04/12/2015 11:24

Lol J'adore comment tu t'y prends pour nous donner envie. Si avec ça tu ne perces pas en tant qu'écrivain... Moi, je n'ai toujours pas de nouveaux livres ! Non, vraiment, faut que j'en trouve un. Mais les livres électroniques, je n'accroche pas. Je suis de ceux qui ont besoin du contact avec le papier, du plaisir de tenir le livre entre les mains, d'en tourner les pages. J'ai besoin qu'un livre soit un livre. J'ai hâte de découvrir l'article sur ton nouveau livre que tu as déjà l'air de beaucoup aimer...

Rebecca G. 05/12/2015 18:48

Merci Marjolaine, ton commentaire me touche vraiment, il me fait très plaisir! :D Oui, "Réparer les vivants" est un livre qui est très fort, très émouvant, très profond. Une vraie œuvre littéraire. Vraiment.
J'espère le finir dans pas trop longtemps pour vous en parler... Bisous.

Rebecca G. 05/12/2015 18:48

Merci Marjolaine, ton commentaire me touche vraiment, il me fait très plaisir! :D Oui, "Réparer les vivants" est un livre qui est très fort, très émouvant, très profond. Une vraie œuvre littéraire. Vraiment.
J'espère le finir dans pas trop longtemps pour vous en parler... Bisous.

Nell 04/12/2015 10:08

Ouf!! Ça fait froid dans le dos. Heureusement je ne suis pas "superflu" mais ça donne à réfléchir... Qui sait si dans quelques décennies..... Bonne journée, Rebecca et gros bisous.

Rebecca G. 05/12/2015 18:45

J'espère quand même qu'on n'en viendra pas à une telle extrémité, mais j'ai bien aimé, ça m'a un peu rappelé 1984 d'Orwell (qui est pour moi une vraie référence!!). J'ai trouvé qu'elle fait passer beaucoup de messages dans ce livre... Bisous à toi et ta descendance... ;)

jill bill 04/12/2015 09:34

Intéressant... nous avons encore un fils célibataire, 38 ans ce 20... je souris à ce livre, merci... bises

Rebecca G. 05/12/2015 18:42

Bonne nouvelle: si vous êtes des parents proches et qu'il s'occupe de vous, si vous avez besoin de lui, il est classé comme "nécessaire"...!! :D Rien n'est perdu...! Je lui souhaite de rencontrer l'âme sœur très prochainement. Bisous à tous.

Anna 04/12/2015 09:24

Oh ça me tente bien, le sujet est original ! Et ouf on sera épargné merci les loulous, lol ;)

Rebecca G. 05/12/2015 18:40

Eh oui, une maman est indispensable à tous points de vue...! :) Je pense que tu aimeras L'Unité... A essayer...

Velidhu - Que Lire ? 04/12/2015 08:37

Contente de voir que tu as testé cette lecture ! Et je me réjouis de voir ce que tu penses de "réparer les vivants" qui est d'un tout autre niveau !
Sur ce quand je regarde mes enfants, je me dis "Merci les filles, grâce à vous je suis nécessaire^^"...

Rebecca G. 05/12/2015 18:38

Je dirais même "indispensable"!!!! ;D Oui, "Réparer les vivants", c'est autre chose, comme tu dis... J'aime beaucoup son style, j'aime beaucoup la profondeur de ses propos... Il y aurait beaucoup à dire.. Merci pour les idées de lectures, Audrey! Grace à toi, ma PAL ne cesse de s'allonger... ;D

Carole94p 04/12/2015 08:22

Ca à l'air vachement intriguant comme roman !

Rebecca G. 05/12/2015 18:36

Telle que je te connais, tu vas adoré!!! :D Fonce!

kprice 04/12/2015 04:56

Là tu piques ma curiosité. Même si ça fait froid dans le dos, j'imagine comme il doit être démoralisant peut-être, mais intéressant sûrement de découvrir cet univers.
Une réflexion me vient tout de suite, mais à quoi servent toutes ces expériences, tous ces "prélèvements" ? Pourquoi une telle réserve d'organes ? A quoi, à qui peut-elle bien servir ? Bien des questions, mais une sorte de malaise aux tripes quand même.
Je me laisserai bien tentée, pourquoi pas ...
Merci en tout cas de nous tenir en haleine.
Bisous et bonne journée Rebecca.

Rebecca G. 05/12/2015 18:35

Dans ce récit, les expériences et les prélèvements sont faits pour guérir les "nécessaires" et leur permettre de vivre. Si tu savais les listes d'attente qui existe réellement pour les dons d'organes et le peu de donneurs qu'il y a, tu saurais que ce n'est pas si "irréel" que ça... C'est pour cela que ce livre contient une vision possible du futur... Ca fait froid dans le dos, oui, mais c'est raconté avec beaucoup d'intelligence: il n'y a pas de scènes gores, d'horreur pure. Tout est dans la description des sentiments des "prisonniers" et de la manipulation psychologique des responsables... qui prétendent justement faire preuve de délicatesse dans leur travail et respecter la sensibilité de leurs cobayes!!!! C'est une écriture très juste. Elle dénonce beaucoup de choses, en fait... Tu devrais essayer.

Livia 03/12/2015 23:50

Et bien je pense que je ne lirai pas le livre de Nini, machin, car je trouve le sujet complètement démoralisant, comme tu le dis cela peut nous arriver un jour, le monde est en train de basculer, vers une chose sans consistance, la vie ne tient qu'à un fil...
Je m'en vais rester avec "mes auteurs", ceux qui me racontent de belles histoires, qui sont encore romantiques et humaines.
Bisous

Rebecca G. 04/12/2015 00:06

Oui, je comprends tout à fait ton point de vue... Alors tu n'aimerais pas non plus "Réparer les vivants"... C'est aussi un livre qui parle du don d'organes (décidément), mais de façon plus actuelle et peut-être plus humaine... Ceci dit, je pense que ce sera le dernier sur la liste des sujets "pas très réjouissants"... Bisous.