Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Fil d'Argent (Rebecca G.)

LA CHASSE AUX EDITEURS EST OUVERTE ! (Épisode 1- La SGDL)

7 Février 2016 , Rédigé par Rebecca G. Publié dans #Le Fil d'Argent (et le parcours du combattant)

LA CHASSE AUX EDITEURS EST OUVERTE ! (Épisode 1-  La SGDL)

 

Episode 1 – La SGDL

 

Eh bien voilà. C’est reparti pour un tour.  Mon nouveau fusil sur l’épaule, je repars en chasse.

Le petit problème technique m’empêchant d’avancer dans mes démarches étant résolu, me voici à nouveau prête à affronter la jungle.

Après une pause extraordinairement fructueuse (au cours de laquelle je suis enfin arrivée à une version de mon roman qui me donne satisfaction), je me lance une nouvelle fois dans le combat.

Combat contre les refus, le désespoir et l’abandon.

 

 

Me voici au départ d’une course, dont seuls quelques rares participants parviennent à la ligne d’arrivée. Un long parcours de sauts d’obstacles, avec pour supporters ma tendre moitié d’abord, les membres de ma tribu ensuite, puis mes proches et enfin… mes lecteurs testeurs.

Ceux qui font partie de mon entourage, et ceux qui ne me connaissent que de nom.

Grâce à leur enthousiasme passionné, leur soutien sincère, je me sens le courage d’une lionne. Une année s’est écoulée depuis ma première tentative d’édition, mais cela n’a pas été vain. J’ai rechargé mes batteries, ma jauge d’espérance est dans le vert. J’y crois dur comme fer !!

 

LA CHASSE AUX EDITEURS EST OUVERTE ! (Épisode 1-  La SGDL)

 

Avant de commencer ce blog, j’avais le moral dans les chaussettes. Je me sentais assez minable – comme auteur, je veux dire – et j’étais arrivée à la conclusion que tout cela n’avait servi à rien, que ce livre resterait éternellement un simple fichier dans mon disque dur, un manuscrit relié au fond d’un placard.

 

Grâce à vous et à vos commentaires, j’ai repris confiance en moi et en mon écriture. J’ai pu oser chercher d’autres lecteurs qui ne risquaient rien à être objectifs. J’ai pu trouver la force de retravailler le texte en suivant vos remarques constructives. J’ai pu enfin arriver à une version qui me plait réellement. Et j’ai pu finalement recevoir des compliments sur les fruits de mon travail.

 

Quel bonheur pour moi d’apprendre qu’un lecteur (ou une lectrice) a pris plaisir à lire mon livre ! Qu’il s’est laissé entraîner dans l’intrigue, qu’il s’est passionné pour le destin des personnages… Qu’il a été ému, amusé ou horrifié. En bref, qu’il a vibré avec les mots que le Créateur m’a inspirés.

 

Car oui, pour moi, l’inspiration – dans quelque domaine que ce soit – a pour source le Divin.

 

Un jour, certainement, je vous en parlerai. Je vous raconterai comment les idées, les images et les mots sont venus.

Ecrire, créer, c’est recevoir un flux d’une Source qui nous dépasse. Je l’ai ressenti très nettement.

Oh, je ne nie pas le travail, les heures passées à reformuler des paragraphes, des scènes, des dialogues ! Mais pour moi, l’inspiration n’est pas seulement une alchimie du cerveau, une simple connexion faite de souvenirs, de fantasmes, et d’inconscient.

Il me semble que n’importe quel artiste vous dira que son œuvre préexistait déjà quelque part et qu’elle n’a fait que l’appeler jusqu’à qu’il la concrétise et lui donne une existence propre dans notre monde matériel.

Demandez à Stephen King ce qu’il en pense… Je suis certaine que Mozart ou encore Léonard de Vinci seraient d’accord.

 

 

***

 

Le manuscrit est donc fin prêt.

La course commence. J’ai bon espoir : si je me perds en chemin, je connais un petit sentier parallèle qui pourrait également m’amener au but (et qui a pour nom l’Autoédition).

Et même si je ne compte pas l’emprunter pour le moment, je suis plutôt optimiste.

 

Commençons ensemble le chemin, si vous le voulez bien...

 

Quelle que soit la méthode de publication choisie, la première étape du parcours, c’est bien sûr la protection de votre œuvre. S’assurer qu’elle vous appartient légalement, que personne ne pourra vous la voler, et que cette possession puisse  être attestée devant un Tribunal, le cas échéant.

 

LA CHASSE AUX EDITEURS EST OUVERTE ! (Épisode 1-  La SGDL)

* 1ère étape : Protection du document.

 

Je ne connais certainement pas toutes les manières de protéger son œuvre, mais j’ai choisi pour mon manuscrit la méthode qui me semblait la plus fiable : le dépôt à la Société des Gens De lettres, ou SGDL.

C’est l’équivalent de la SACEM pour les musiciens.

 

 

 

Plusieurs formules s’offrent aux auteurs, soit en dépôt classique d’un manuscrit papier (en mains propres ou par La Poste), soit par internet (avec ou sans transfert de fichier) avec l’enregistrement d’une empreinte numérique.

 

Pour tous les détails, cliquez sur ce lien :

http://www.sgdl.org/sgdl/2013-05-13-12-28-47/la-protection-des-oeuvres

 

 

J’avais déjà déposé chez eux mon roman il y a un an, mais étant donné que j’ai remanié plusieurs fois le texte, j’ai dû le déposer à nouveau.

En effet, la protection n’est valable que sur une seule et unique version (à la lettre près !) de l’œuvre.

Autrement dit, il est préférable de finaliser au maximum vos écrits avant de les faire enregistrer. Inutile de vous précipiter à la SGDL avec un premier jet.

Il faut d’abord faire relire (et annoter) votre chef-d’œuvre par quelques personnes de votre entourage, des personnes de confiance, bien sûr.

La famille d’abord, les amis ensuite. Une dizaine de personnes est une moyenne raisonnable pour avoir un bon aperçu des plus grosses corrections à faire.

Ensuite, il sera éventuellement possible d’enregistrer une première version pour obtenir des avis « neutres » de gens qui ne vous connaissent pas personnellement.

 

C’est ainsi que j’ai procédé, par le biais du blog, avec des personnes formidables, comme Miss Paumée (je le répète : qui ne l’est pas du tout), Matthieu Biasotto, ou encore Audrey (Que lire ?).

J’en profite pour les remercier encore.

 

***

 

Voici donc mon document protégé en bonne et due forme. Je peux à présent le distribuer sans crainte.

 

Certains auteurs recommandent d’envoyer entre 50 et 100 manuscrits tout autour de vous. Bombarder de tous les côtés, pour être « sûrs » d’atteindre une cible… D’après eux, plus vous en enverrez, et plus vous aurez de chance d’être sélectionné par un éditeur.

 

Perso, je trouve que ça se discute.

Il y a 4 raisons principales pour lesquelles je n’adhère pas à cette optique.

 

1 /  Le budget.

Etant donné que mon manuscrit fait 346 pages et que la plupart des éditeurs exigent une présentation en recto uniquement… l’envoi du bébé par La Poste me revient à environ 10 euros/pièce.

De plus, comme je préfère récupérer mes manuscrits en cas de refus, il me faut joindre une enveloppe pré-timbrée pour le retour (sinon, ils seront détruits automatiquement).

Ce qui veut dire que chaque envoi me revient à 20 euros !

A ce prix-là, à moins de pouvoir cavaler chez les éditeurs et leur remettre les écrits en mains propres (ce que je ne peux pas faire), je considère qu’il faudrait vraiment être blindé pour envoyer 100 ou même 50 manuscrits… !!

Ou gaspilleur.

Ou vraiment désespéré…

 

2/ L’éditeur

En France, le marché de l’édition est immense. Il y a des gens sérieux et des arnaqueurs. De gentils éditeurs honnêtes (mais si, mais si) et des requins. Des éditeurs qui vont juste vous imprimer des livres et d’autres qui vont se démener pour les vendre. Certains vous demanderont de participer financièrement et d’autres prendront tous les frais à leur charge. Certains encore voudront l’intégralité de vos droits pendant des années, tandis que d’autres vous laisseront libres de tout esclavage.

Quand on envoie des manuscrits un peu partout, on a peut-être plus de chance d’atteindre une cible, mais elle a aussi plus de chance d’être empoisonnée…

Personnellement, je préfère la qualité à la quantité.

 

3/ Le moral.

 

Plus il y a de manuscrits et plus il y aura de lettres de refus.

Or, recevoir une lettre de refus n’a rien de bien sympathique. Si on en reçoit 3, 5 ou même 10, bien que cela soit assez désespérant, ce n’est tout de même pas comme en recevoir 40, 50 ou 80 !!

Là aussi, je ne suis pas trop pour la quantité…

 

4/ La Foi.

Puisque je crois d’une foi profonde qu’il n’y a pas de hasard dans ce bas monde et qu’il existe un Créateur qui gère chaque évènement, aussi insignifiant soit-il, je m’en remets à Sa Volonté.

Si je dois être un jour publiée, eh bien je le serai. Même en faisant le strict nécessaire.

Et si ce n’est pas ce qui a été décidé pour moi, alors à quoi cela sert de faire des pieds et des mains ?

Et puis, qu’est-ce que j’en sais ? Peut-être devrai-je passer par l’autoédition, uniquement parce que cela est mieux pour moi !

Ou peut-être qu’au fond, je m’attribue un talent que je n’ai pas. N’est pas écrivain qui veut !

Dans ce cas, j’aurai au moins le bonheur d’être allée jusqu’au bout de mon projet pour ne pas avoir des regrets toute ma vie.

Il fallait que ça sorte, de toute façon. Si je ne l’avais pas fait, cela m’aurait rongée et consumée à petit feu…

 

 

 

En bref, voilà donc pourquoi j’ai préféré cibler les destinataires de mes manuscrits.

Après maintes recherches, je me suis concoctée une petite liste d’éditeurs réputés sérieux et qui sont susceptibles d’être intéressés par mon style et les sujets que j’aborde.

 

Ce sera la seconde étape du parcours… et le sujet de mon prochain article sur « LA CHASSE AUX EDITEURS ».

Je vais donc m’arrêter là pour aujourd’hui.

 

Je vous souhaite donc une excellente journée, ou soirée, ou nuit… et je vous dis :

A très bientôt, les amis !!

 

RG

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Olivia Billington 17/04/2016 17:09

Tout d'abord, bravo pour ta persévérance !
Dix personnes de l'entourage ? o.O Mais c'est beaucoup trop. Ils ne te donnent alors qu'un avis, pas réellement une correction ?
Pour une véritable relecture approfondie, rien ne vaut les professionnels. Pour ma part, je fais relire par un autre écrivain, une linguiste et une rédactrice freelance. C'est tout. :-)
J'ai appris au fil du temps que si faire lire aux proches est gratifiant et booste l'estime de soi, ce n'est pas utile au livre.
Et qu'i ne faut pas hésiter à laisser dormir un texte pour le reprendre longtemps après. Par exemple, l'été passé j'ai remanié un roman écrit en 2011 et... eh bien... devine ? :-) (bientôt une annonce sur mon blog)

Rebecca G. 17/04/2016 21:30

Pour le fait de laisser dormir un manuscrit, je suis tout à fait d'accord! J'ai commencé à rédiger mon roman en 2011, moi aussi!! :) Mais bon, comme il s'agit d'un premier roman, j'ai dû retravailler pas mal le texte au fur et à mesure.
Les proches à qui j'ai fait lire ont tous ANNOTE mon manuscrit au crayon, directement sur les pages, en corrigeant les éventuelles fautes d'orthographe (eh oui, nous ne sommes pas des ordi), ou mettre l'accent sur des tournures de phrases à améliorer, ou encore certains détails à approfondir... Bref, un vrai travail de correction, parce que je le leur avais demandé, et parce que je voulais avoir le ressenti ceux qui me lisent.Je l'ai également fait lire à 2 écrivains qui ne me connaissent pas et d'autres personnes très calées en littérature. Bref, quand je dis 10 beta-lecteurs, bien sûr je ne voulais pas parler d'un simple "c'est génial! ou "sympa!"" en retour... lol. J'aurais peut-être dû être plus claire dans l'article... (?) J'attends en tout cas l'annonce sur ton blog!! :D Bisous et à bientôt!

Melle Bulle 18/02/2016 23:03

C'est un sacré parcours du combattant ! Je te souhaite de trouver ... je te souhaite d'y arriver ... et je t'envoie tout mon soutien !!! (et je me dis que je n'étais définitivement pas faite pour le milieu de l'édition ... je voulais bosser là dedans quand j'avais 18/20 ans !!!)

Rebecca G. 19/02/2016 15:47

en en fait, ça dépend de quel côté on se place... Du côté éditeur, ça doit être sympa... Enfin, si on reçoit des perles bien sûr... Moi, je bosse comme correctrice, depuis peu, eu franchement, j'adore ce travail!!
Nan, c'est être auteur qui est pas marrant... LOL !! :D Bisous.

Marjolaine 15/02/2016 15:36

Et bien ! Tu as du courage ! Je n'en aurai pas assez pour courir derrière les éditeurs !

Rebecca G. 15/02/2016 21:18

Non...?? Pourtant, tu en as à revendre pour trouver des lecteurs et des promoteurs...!!! Au fond, ça revient un peu au même, non? Bisous.

Griboulette 13/02/2016 16:29

Je te souhaite bonne chance pour trouver une maison d'édition !!!♥

Rebecca G. 13/02/2016 23:19

Merci Griboulette!!! T'es trop gentille! <3

cathycat 10/02/2016 20:21

Croisons les doigts et espérons. L'avantage est que tu sais déjà mieux à qui t'adresser. Envoyer à des éditeurs dont tu es sûre que tu ne feras pas partie de la ligne éditoriale est du temps perdu et tu connais déjà les adresses à éviter. Je vois qu'à la mi-février tes résolutions de 2016 sont toujours aussi vives. C'est super !!! Bisous

Rebecca G. 10/02/2016 23:30

Tu as raison sur toute la ligne, Cathy!! Oui, non seulement je suis toujours aussi motivée, mais je suis aussi plus sereine!! :) Bisous.

Zoé 10/02/2016 09:26

J'espère vraiment que ça fonctionnera! Je crois en toi ;) Gros bisous

Rebecca G. 10/02/2016 11:59

Merci ma Zoé!! T'es trop gentille...!! :D <3 <3 <3

écureuil bleu 09/02/2016 21:24

Bonsoir Rebecca. J'espère sincèrement que tes voeux vont se réaliser et que ton manuscrit va être publié. Bisous

Rebecca G. 10/02/2016 11:59

Ahh, merci Brigitte. Ton commentaire me fait très plaisir, car je suis sûre qu'il est sincère...!! :D Bisous.

Bernieshoot 09/02/2016 20:54

c'est un long chemin et la phase des lecteurs neutres est essentielle je pense.

Rebecca G. 10/02/2016 11:58

Oh, que oui...!!!!!! Mais les proches ont su aussi ne pas me faire de cadeaux, notamment sur les fautes d'orthographe et sur certaines tournures de phrase... Je les en remercie vivement, car cela m'a permis de progresser. Quant aux autres, j'ai pu grâce à eux avoir une vision plus large et objective de l'ensemble du récit. a m'a aussi redonné confiance en moi, car les avis sont largement positifs... :D A bientôt, Bernie!

manou 09/02/2016 12:15

Moi je crois en toi et je suis sûre que ton roman te ressemble ! Tu as tout à fait raison de dire que pour avancer dans la vie il ne faut pas avoir de regrets car ils empêchent de se projeter vers demain. Quand on se fixe un but, on a toutes les chances de l'atteindre même si le chemin à parcourir n'a rien d'une ligne droite et qu'il est parfois semé d'embûches...
Bonne chasse.

Rebecca G. 10/02/2016 11:55

Merci Manou!! :D Oui, bien sûr, mon roman me ressemble... J'y ai mis toutes mes tripes, si l'on peut dire... enfin, une partie... ;) Mais il est évident que les sujets que j'aborde sont des choses qui me tiennent à cœur. J'espère qu'un jour tu pourras le lire. Gros bisous.

Quichottine 08/02/2016 20:48

J'admire... et je croise les doigts pour toi.

Rebecca G. 08/02/2016 22:15

Merci Quichottine. Ton soutien me touche... <3 <3 <3

Rafaël 08/02/2016 19:42

Bonjour. La foi ne soulève-t-elle pas des montagnes ? Alors, en chasse ! et "Sursum corda"... Gros bisous d'encouragement.

Rebecca G. 08/02/2016 22:14

J'avoue, je suis allée sur Google pour voir la traduction de ta devise, parce que moi et le latin ça fait dix... !lol! Pour le moment, mon cœur est en liesse... Espérons qu'il le reste. Amicales pensées. :)

Eglantine 08/02/2016 16:42

je me dis que les alpinistes qui volaient atteindre la cime de la montagne n'ont pas du tous y arriver du premier coup :-)
on grimpe, on recule ...on regrimpe et on finit par y arriver...à moins d'avoir un nom célèbre les écrivains d'aujourd hui connus ont bien du, eux aussi persévérer et insister ...

bisous

Rebecca G. 08/02/2016 19:25

Oui, Eglantine!! Merci pour ton soutien. Mais je suis faite ainsi: je n'abandonne pas ce qui me tient à cœur... !! Cela peut prendre du temps, mais "baisser les bras? Moi, jamais!" :D

Livia 08/02/2016 15:32

Bon courage à toi, pour la chasse, en espérant que tu rencontreras le gibier rare !
Bisous

Rebecca G. 08/02/2016 19:24

Que Dieu me fasse rencontrer des gens honnêtes et droits. Bisous, Livia. <3

jill bill 08/02/2016 11:12

Bonjour Reb.... Ah je n'ai point le courage d'en écrire tant en une histoire et ensuite me livrer aux maisons d'éditions... bravo à ceux et celles qui le font... croire en soi, son art, et advienne que pourra, ces éditeurs cherchent à faire leur beurre avant tout, mais de tout coeur bonne chance à toi... ;-) ne jamais dire jamais, et impossible pas français, bises ;-)

Rebecca G. 08/02/2016 19:22

Ils veulent faire leur beurre, oui, mais sans eux, pas évident d'être lu du public... :( Je veux dire à plus grande échelle que sur un blog. Maintenant, je pense être assez méfiante et prévenue pour ne pas me faire arnaquer. Donc, au pire, je pourrai passer par l'autoédition afin que vous puissiez le lire: rien ne me ferait plus plaisir... :D

sandrine isac 08/02/2016 09:24

Tu as raison, il faut y croire si on veut que ça arrive, et s'en donner les moyens. Bonne continuation Rebecca :)

Rebecca G. 08/02/2016 19:19

Oui, Sandrine, je vais m'en donner les moyens, mais pas au point de me ruiner ou de me rendre malade... Grâce à Dieu, j'ai d'autres buts dans la vie si celui-ci n'aboutit pas... :) Bisous.

miette 07/02/2016 22:53

Le Seigneur te donnera force courage et ténacité pour parcourir ton chemin
c'est pour cela que tu es positive et que tu ne baisseras pas les bras
Il te donnera aussi la grâce de croire en toi et ton oeuvre sera la tienne et la sienne -
je t'embrasse bien fort chère Reb -

Rebecca G. 08/02/2016 19:18

Merci Miette! Bien sûr, il est évident que je ne pourrais rien faire sans Lui...! :) Bisous tendres.

Anna 07/02/2016 21:11

Je croise tous mes petits doigts pour toi! Et "May the force be with you" ! Bisous

Rebecca G. 07/02/2016 22:35

Ah ah, Anna, tu es formidable!!! :D Merci beaucoup!!! <3 <3 <3

aimela 07/02/2016 20:15

Je te souhaite une belle réussite dans ta recherche aux éditeurs et que tu auras des lecteurs emballés par ton roman. Bises

Rebecca G. 07/02/2016 22:35

Merci, Aimela. J'en ai déjà quelques uns... ;) Mais j'espère en avoir beaucoup plus!!! :D Je vous tiens au courant. Bisous. ps: as-tu pensé à publier tes meilleurs écrits dans un recueil???

Nell 07/02/2016 19:51

Tu as tout à fait raison, Rebecca, dans tout ce que tu as fait. Je me reconnais tu sais puisque moi aussi j'ai connu cela( tu sais que j'écris des poèmes, j'ai même sorti un recueil) mais j'écris aussi des contes pour enfants. Toutes ces démarches je les ai faites, moi aussi, et je préfère l'avoir fait que de me dire -"Ah! si j'avais su j'aurai tenté, peut-être que..." Écoute garde la FOI en toi car moi aussi, comme toi, j'ai été guidée dans mes écrits par ce que tu nommes: cette immense Source qui nous tire irrésistiblement vers le Haut. On croit ou on ne croit pas, mais moi je crois en quelque chose qui nous dépasse. Est-ce ce pouvoir Divin qui nous guide? Je te souhaite, et tu le sais, de très belles choses. bonne soirée et gros bisous, ma belle

Rebecca G. 07/02/2016 22:33

Merci, Nell. Ton commentaire me touche beaucoup! Distribues-tu tes contes autour de toi: famille, amis, proches...??? Pourquoi ne les mets-tu pas en ligne sur ton blog pour que les lecteurs en profitent??? Bisous.

Caroline 07/02/2016 18:36

Courage et bonne chance ! ;)

Je suis évidemment pas trop d'accord avec toi sur ton point sur la foi mais bon, c'est une question de point de vue.. ( mais pour moi, il est nécessaire de faire des pieds et de ses mains pour avoir ce que l'on veut.. On a notre vie entre nos mains..)

Bonne fin de weekend et hâte de voir la suite de cette aventure ;)

Rebecca G. 07/02/2016 22:31

Ben, je pensais exactement comme toi, à ton âge... Donc, je ne peux rien dire! ;) Et merci pour tes bons vœux!! Dommage que tu n'as pas déjà ta maison d'éditions, je te l'aurais envoyé à TOI en premier mon manuscrit!!! :D Bisous.